Flying

IMG_7921So…. Nous y sommes : aujourd’hui est le départ.
Passage de la pesée de la valise – check,
Passage de la sécurité – check,
Passage de la deuxième sécurité – check,
Passage de la troisième sécurité – check,
Passage pour rentrer dans l’avion – check.
Ca y est : je suis assise dans l’avion. Nous y voilà, c’est le grand moment.

En préparant mon départ, je me cachais souvent derrière cette phrase sibylline « il faut partir pour revenir ».  Mon ami Laurent me disait alors que « partir c’est mourir un peu ».
Maintenant que je suis assise, seule, dans cet avion, je comprends mieux. C’est en effet ce que j’ai ressenti lorsque j’ai étreint ma famille, que j’ai vu leurs sourires crispés derrière les portes vitrées de l’aéroport.
Parce que oui, partir, c’est mourir un peu.

Mais dans l’avion, on sait. On sent que partir c’est aussi renaître. C’est reprendre une bouffée d’air frais, c’est retrouver un état d’innocence, de découvertes : c’est se reconstruire.

Alors oui, je suis assise seule dans cet avion.
Mais en fait, en y prêtant plus d’attention, je suis assise sur un petit lit de nuages, coussin voluptueux qui me rapproche du soleil, il m’emporte au moins 3 metri sopra il cielo.

Inlassablement, avant de partir, je me répétais en descendant les escaliers de mon appartement : « Mais Suzanne ! Tu es habituée, tu connais, tu sais ce que ca fait ».
Oui, j’ai connu. J’ai vu. J’ai déjà vécu. Mais pourtant, pour moi, c’est une nouvelle bataille qui s’ouvre ici : celle de l’avancement de la rédaction de ma thèse. Mon sujet : « La protection de la vie privée et les données personnelles en droit comparé ».

Finalement ces dix heures d’avion me permettent également de faire le point sur les prochaines étapes, je me les remémore à plusieurs reprises.

  • Passer la douane : je vérifie quasiment toutes les heures que mon passeport, mon DS 2019 et le document pour les douaniers sont bien dans ma pochette près de moi – comme si quelqu’un allait l’emporter –,
  • Retrouver mes futurs colocataires (j’ai eu cette chance de connaître quelques personnes avec lesquelles je vais pouvoir vivre ces prochains mois),
  • S’assurer que toutes les conditions pour le versement de ma bourse sont bien réunies,
  • Fournir au service des relations internationales les derniers documents manquants,
  • Fournir à ma correspondante IIE les documents requis,
  • Rencontrer le Professeur qui sera mon référent lors de mes recherches cette année (j’ai déjà reçu plusieurs emails de sa part et de son équipe),
  • Obtenir un abonnement téléphonique (ma dernière visite m’avait montré que T-mobile était le plus avantageux, mais il faudra sûrement vérifier cela aussi),
  • Passer à la banque (j’avais décidé à la fin de mon précédent séjour de conserver mon compte et ma debit card, j’espère que tout va bien sur mon compte).

La liste est déjà longue, mais chaque fois que je la repasse dans ma tête je réalise que j’y rajoute quelque chose.

IMG_7395Mais ce voyage ce n’est pas seulement mon projet. Trois bourses ont décidé d’y croire et de m’aider dans sa réalisation.
Quelqu’un disait : à grands pouvoirs, grandes responsabilités. Il s’agit, de manière atténuée, du sentiment que j’ai dans cet avion. Vais-je être à la hauteur ? Vais-je réussir à rendre cette confiance, et à insuffler le message que l’on m’a confié ?
J’essaie d’engager la discussion avec mes voisines. En parlant de la France, leurs yeux étincellent comme des étoiles. Cela me rassure un peu dans la tâche que j’ai à accomplir pendant les dix mois à venir.
Les boursiers Fulbright ont cette mission de porter un message de mutual understanding.

Lors de la journée d’orientation Fulbright, organisée à l’Hôtel de Talleyrand, j’ai ressenti une vague d’excitation et de volontarisme provenir de l’ensemble des boursiers. Nous étions tellement heureux et honorés d’avoir été sélectionnés par ces prestigieuses bourses. Je nous sentais tous prêts pour cette grande aventure. Non seulement ces personnes sont passionnées par leurs projets respectifs, mais ce sont aussi des personnes ouvertes, des personnes enthousiastes et surtout des personnes qui n’osaient imaginer être sélectionnés pour ces bourses et qui se rendent compte de la chance qu’elles emportent dans leurs bagages : celle d’avoir été « choisi ».
Pour cela, je suis sûre que nous honorerons la mémoire des bienfaiteurs qui se sont battus pour nous offrir cette chance, et la confiance de toutes les personnes investies dans le processus de sélection et d’attribution des bourses.

Je sais que chaque minute qui passe me rapproche un peu plus de ce pour quoi je me suis battue ces derniers mois. Les batailles se sont succédées – et elles ne sont pas terminées – pourtant je vole désormais avec le soutien des fondations et organismes qui croient en mon projet.

Passage de la douane – check,
Récupération de la valise – check,
Retrouver mes colocs – check,
Rentrer à l’appartement – check,
S’endormir pour une nouvelle vie – check.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s