Mes études à New York : une aventure au « Pays des Merveilles »

Depuis que je suis arrivée à New York, en août dernier, je vis un rêve éveillé.

C’est dès l’âge de 12 ans que j’avais le projet de vivre cette expérience étudiante américaine pour me perfectionner dans mon domaine artistique. Pour moi, New York était la ville idéale pour être plongé dans un nouveau monde dont la culture me fascine.

Je me sens maintenant, comme Alice au Pays des Merveilles, à l’intérieur d’un rêve fou. Je me sens proche de ce personnage (non seulement car j’ai pu le jouer sur scène) mais aussi car il se retrouve dans un pays qu’il comprend sans tout comprendre.

Pourtant, je souhaiterais ne jamais me réveiller pour ne jamais partir de ce pays merveilleux. Tous ces personnages que je rencontre dans cette aventure, toutes ces choses qui me sont révélées, toutes ces leçons de vie que je retiens, me construisent et m’apprennent à mûrir.

Ce pays où le « rêve américain » n’a pas de limite dans ses possibilités.

Mais je me demande parfois si ce fameux « rêve américain » où tout semble possible, n’est pas une illusion…

alice
image extraite d’ »Alice au pays des merveilles » le livre du film, Mark Salisbury, ed. du Chêne

L’atterrissage sur le sol américain, après cette longue chute fut un choc, malgré tant d’attentes et de préparations depuis déjà de nombreuses années. Discerner le rêve et la réalité n’était pas toujours facile. Réaliser le rêve et réaliser sa réalité dans ma tête : prendre conscience m’a pris du temps.

Ce qui m’a marqué le plus dès mon installation dans cette ville, c’est son énergie !

En effet, même après avoir visité plusieurs fois New-York, même en étant instantanément tombée amoureuse de la ville il y a déjà quelques années, je n’avais jamais autant ressenti cet aspect si rythmé, si « speed » ! Je découvrais aussi l’oppression, l’agitation et le stress de l’atmosphère new yorkaise, ce qui m’a un peu surprise au début. J’ai été sensible à cette hystérie des rues, secouée par les gens, les lumières, les sons, les odeurs… Je me sentais complétement étrangère dans ce nouveau Pays des Merveilles ; perdue dans cette ville qui éveille tous les sens, tout en vivant mon rêve éveillé.

La course commençait dès ma rentrée à l’université. C’était comme poursuivre le Lapin Blanc qui criait « en r’tard ! je suis en r’tard ! » parmi les passants entraînés dans ce rythme effréné.

rabbit

The White Rabbit par John Tenniel

Une fois arrivée, l’agitation se multipliait, chaque étudiant semblait rempli d’excitation et de peur mélangées face à ce nouvel environnement. Heureusement que les membres de la faculté, les professeurs, tentaient de nous rassurer en nous accueillant chaleureusement dans l’école. Il ne fallait pas s’inquiéter …

« We’re all mad here », anyways.

cat

Cheshire Cat par John Tenniel

 

Je peux maintenant m’épanouir dans ma passion au sein de cette nouvelle culture que j’aime tant, et dont je me suis toujours sentie proche. C’est dans un esprit si positif que l’on nous enseigne les différentes matières dans cette école. Un esprit encourageant et motivant ! Chaque élève est considéré comme un individu unique auquel les professeurs portent une grande attention. La transmission du savoir est réellement importante. Mais surtout, il s’agit d’un réel échange entre les professeurs et les étudiants, mais aussi dans toute la communauté de l’université ! C’est un bonheur d’étudier avec cette mentalité ! et de préparer les examens plus fun.

J’ai découvert aussi que c’est une ville qui provoque une recherche de soi même, qui déclenche des remises en questions. On se cherche toujours, on se demande qui on est, quel est notre but, ça nous retourne le cerveau ! On essaye de s’adapter et de se trouver. Où appartient-on ? Où est notre place ?
On cherche un chez soi et on se cherche soi même.

Mais ce que j’aime le plus ici c’est que New York est l’une des villes les plus créatives et inspirantes du monde. Elle respire et inspire l’Art. C’est la ville des artistes ambitieux qui saisissent les opportunités qu’elle pourrait leur offrir. La ville des possibilités infinies, qui offre à chacun un espoir et une motivation à la réussite. Une excitation inexplicable nous pousse à avancer, apprendre, s’enrichir au milieu de ce tourbillon d’énergie folle. C’est une réelle sensation d’adrénaline !

Plusieurs fois je me demande si ce que je vis est bien réel. Vais-je me réveiller comme Alice? Est ce une illusion ? Une hallucination ?

Le désir d’y croire ?

caterpillar

Caterpillar par John Tenniel

Dans tous les cas, accueillons ce que ce rêve peut nous offrir !

Ma prochaine aventure d’Alice sera dans la production de « Wonderland » (@ Marymount Manhattan College) !

« Wonderland »

at the York Theatre

from 6th to 10th April 2016

Grâce au théâtre et à la magie de New York, les rêves se réalisent et tout devient possible!

We can dream all we want in the city that never sleeps.

alice

Photo par Stéphane Parphot

Marie Oppert

PS: HAPPY BIRTHDAY ALICE POUR SES 150 ANS !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s