SUSI SSE UIUC (2/6) – Abraham Lincoln: d’une log cabin à la Maison Blanche : itinéraire d’un rêve américain

As I would not be a slave, so I would not be a master. This expresses my idea of democracy. Whatever differs from this to extent of the difference is no democracy. (Lincoln Presidential Museum, Springfield, IL)

Après une semaine de découverte de notre nouvel environnement, ces derniers jours ont été beaucoup plus studieux : séminaires, ateliers, présentations se sont succédés à un rythme soutenu. La personnalité d’Abraham Lincoln, seizième président des Etats-Unis, s’est révélée être notre point de repère et notre guide dans notre questionnement sur l’identité états-unienne. Né dans une famille modeste du Kentucky, Lincoln a peu à peu gravi tous les échelons de la société, incarnant ainsi l’idéal démocratique du rêve américain.

Springfield, IL : Lincoln city

Notre semaine a débuté par une excursion dans la ville de Springfield, capitale de l’Etat de l’Illinois. Après une conférence sur le long processus d’élaboration de la Constitution américaine à l’université de Springfield (l’une des trois universités publiques de l’Illinois avec Chicago et Urbana-Champaign), nous avons marché dans les pas de Lincoln en commençant par le Capitole.

Sixième bâtiment à abriter les institutions  de l’Etat, ce monument impressionne par la richesse de son programme iconographique et par sa magnifique coupole dont la fresque idéalise l’union d’un peuple de pionniers et des tribus indiennes de l’Illinois. C’est ici qu’Abraham Lincoln et l’actuel président Barack Obama ont fait leurs débuts dans la vie politique : nous avons d’ailleurs eu la chance, pour cette journée, d’être accompagnées par 20 participants du programme YALI (Young African Leader Initiative) créé par le président B. Obama afin de promouvoir l’ouverture internationale des nouvelles générations de décideurs africains.

Après le déjeuner, nous avons remonté le temps pour nous retrouver dans le Springfield du milieu du dix-neuvième siècle, au 413 S. 8th Street. Après sa mort, le fils aîné de Lincoln, honorant la décision de son père, céda à l’Etat fédéral leur maison de famille pour un dollar symbolique, à la condition que tous puissent la visiter gratuitement, illustrant l’idéal démocratique de Lincoln. La simplicité du lieu permet de se rapprocher de l’homme au chapeau haut-de-forme, personnalité appréciée à Springfield.

La visite du Lincoln Presidential Museum qui a suivi a été l’occasion d’admirer l’efficacité des divers procédés muséographiques, du film avec effets spéciaux aux ateliers pour enfants en passant par les cartes interactives et les reconstituions d’intérieur. Chaque visiteur peut ainsi se sentir interpellé et concerné par les principales étapes de la vie de Lincoln : avocat autodidacte, père de famille ayant perdu plusieurs enfants, président d’une patrie déchirée par la guerre civile et finalement assassiné.

Cette journée s’est donc logiquement terminée par un dernier arrêt au Lincoln Tomb State Historic Site, où la nation américaine continue de rendre hommage à l’une de ses figures fondatrices.

Museum of Grand Prairie (Mahomet, IL)

Pour clôturer la semaine, une seconde excursion nous a permis de visiter le musée de Grand Prairie, géré par le comté de Champaign. En complément de la visite guidée de l’exposition permanente et de la présentation par Marc Foley, professeur d’histoire dans un établissement scolaire d’Urbana, de son approche pédagogique du Potowatami Trail of Death, nous avons pu apprécier une exposition temporaire consacrée à Lincoln et à ses activités professionnelles et politiques dans les environs de Champaign-Urbana.

Plus de 150 ans après sa mort, Lincoln reste une figure iconique de la culture politique et de l’imaginaire populaire américain, comme nous le rappelle la photographie de ce parking d’Urbana !

 

If we could first know where we are, and wtither we are tending, we could then better judge what to do and how to do it. (A. Lincoln, Convention Divided Speech, 16 juin 1858, Springfield)

Julie Bonin (lycée François Villon, les Mureaux) et Claire Ravez (lycée Fabert, Metz)

 

Publicités