Itinéraire d’un Fulbright scholar, de LA à Belleville (1965-2018)

Professeur Jean-Pierre Soubrier, France
Fulbright Researcher
Los Angeles Suicide Prevention Center – USC, 1965

Lors de la rédaction de ma thèse de Doctorat en médecine sur l’intoxication médicamenteuse volontaire (qui obtiendra la médaille d’argent de la Faculté de médecine), il me manquait des réponses sur le phénomène du suicide et le mouvement récent de prévention du suicide.

Un seul endroit pouvait me fournir les réponses : the Los Angeles Suicide Prevention Center – affilié à USC, University of Southern California.

J’ai donc sollicité une bourse d’études à la Commission franco-américaine Fulbright. La période correspondait à une époque particulière (post-Kennedy) de l’Histoire des Etats-Unis d’Amérique : mouvements sociaux, les hippies, la drogue, la guerre et les violences diverses.

uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuè 

uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuèvvvvvvvLettre de motivation transmise à la Commission

Un Fulbright Scholar ne doit pas s’en tenir à un seul projet mais profiter des possibilités institutionnelles que permet la Bourse : s’informer, s’instruire, échanger, éventuellement faire connaître ses expériences scientifiques françaises. Il s’agissait simplement de se présenter comme Fulbrighter pour ouvrir les portes. J’ai ainsi pu fréquenter l’Institut de psychologie de UCLA, la Southern California Society of Psychoanalysis et le Resuscitation Center de l’Hôpital général de Los Angeles.

uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuèhhhhhhhhhhttttt

uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuèhhAvec Pr. Norman Farberow, sur le porche du SPC, hiver 65/66

Je peux citer deux exemples:

Lors de mes gardes à la Clinique Toxicologique de l’Hôpital Fernand-Widal à Paris, comprenant la réanimation et la réponse téléphonique du nouveau Centre Antipoison, nous avions peu de documents valables sauf un, notre bible, le Handbook of Poisoning du Professeur Robert Dreisbach, de l’Université de Stanford, Palo Alto.

Je suis allé le voir lors de mon séjour Fulbright. Nous avons échangé des informations. Par la suite, il m’a demandé de participer à la 6ème édition de son livre, publié en 1969. Il faut savoir qu’à l’époque, les USA avaient pris de retard sur l’usage et les complications des médicaments psychotropes modernes.

uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuèhhhhhgtttt

uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuè=6ème édition du Handbook of Poisoning: Diagnosis & Treatment

Un autre exemple – un jour, je reçois une demande d’informations d’un psychiatre français sur l’éclosion du fléau drogue (aux Etats-Unis et en Europe) comprenant des accidents et les suicides toxiques liés à l’abus et à l’usage des nouveaux toxiques, comme le LSD25.
Profitant de mon séjour et de mes possibilités de chercheur, j’ai répondu à ces demandes d’informations.

A ma surprise, je fus cité dans l’édition du 21 avril 1966 du journal Le Monde dans une enquête sur «Les Poisons de l’Esprit» comme correspondant de ce journal à Los Angeles.

uuuuuuuuuuuuuuuuuuuiiuuht     
hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhrrrrExtraits de l’édition 21 avril 1966 du journal Le Monde

Bien plus, à mon retour, avec le docteur Pierre Bensoussan, nous avons présenté une communication à la Société médico-psychologique sur les accidents liés à l’usage du LSD et dérivés. Cette communication est reconnue comme une première mondiale sur le sujet.

Mon séjour fut le tremplin pour une carrière suicidologique étendue, résumée ainsi :

1968 – Chef de Clinique toxicologique de l’Hôpital Fernand-Widal – mise en place d’une unité de suicidologie

1969 – Cofondateur du Groupement d’Etudes et de Prévention du Suicide en France (qui célébrera en 2018 son 50ème Congrès)

Visiting Fellow au Center for Suicide Studies du National Institute of Mental Health, NIMH, Chevy Chase (Edwin Shneidman)

1970 – Membre de l’American Association of Suicidology (AAS) et de l’American Association of Clinical Toxicology

1974 – Prix du Festival Médical cinématographique – Prévention du suicide : Mythes et Réalités (film)

1981- Prix Stengel : Mid-Career Award for Outstanding Contribution to Suicide Prevention – International Association for Suicide Prevention (IASP)
Rédacteur Européen du journal de l’Association Américaine de Suicidologie (AAS) « Suicide and Life Threatening Behavior »

1983 : Comité de rédaction de la revue de l’Association Internationale pour la Prévention du Suicide (IASP) « Crisis »

1985 – Lauréat du Prix annuel de l’Académie Nationale de Médecine pour mes travaux en suicidologie

1992 – Membre du Board de la Glendon Association, Santa Barbara, Californie

1995 – Président de l’International Association for Suicide Prevention (IASP)

1999 – Expert de l’Organisation Mondiale de la Santé et membre permanent du Comité International pour la Prévention du suicide et la recherche (current)

2001 – Chairman du Collège des Présidents de l’Association Internationale pour la Prévention du Suicide

2002 – Président élu et Création de la Section de Suicidologie de la World Psychatric Association(WPA)

2003 – Représentant du Gouvernement Français auprès du Bureau Européen de l’Organisation mondiale de la Santé à Copenhague

2009 – Task Force Member – American Association of Suicidology

Postvention Suicide Program – Accreditation/Certification Psychological Autopsy of Suicide (seul membre non-américain)

2009-2012 – Coordinateur du Programme Prévention du suicide des personnes âgées et isolement – Cabinet de Nora Berra, Secrétaire d’Etat aux Aînés puis Secrétaire d’Etat à la Santé

uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuèhhhhhhhpt

Décoration de la Légion d’Honneur (rang d’Officier) par Mme Nora Berra, Secrétaire d’Etat à la Santé, avril 2011

2010 – Prix du meilleur poster scientifique – Print Media and Suicide – 13ème Congrès Européen de Suicidologie, ESSSB, Rome, Italie

2011- Membre du Comité Scientifique du Programme de Stratégie Nationale d’Action de Prévention du Suicide – Ministère de la Santé

2012 – Création du Centre de Ressources en Suicidologie – CRES, Paris Belleville

2014 – Membre permanent de l’Observatoire National du Suicide

Contribution au documentaire « Tribute to Norman Farberow » – Past Co-Director of the Suicide Prevention Center of Los Angeles, production: American Association of Suicidology

«Tout ce que j’ai fait durant ma carrière en Suicidologie et en Prévention du suicide, je l’ai fait grâce à ma rencontre avec Norman Farberow.»

En 1995, lors du décès du Sénateur Fulbright, j’ai pris connaissance d’une déclaration du Sénateur, publiée dans une interview du New Yorker du 10 avril 1958.

uuuuuuuuppppppppuuutttttt      

« Ce programme d’échange, disait-il, est la seule chose qui me console de toutes les difficultés de la vie politique et me donne quelque assurance que l’espèce humaine ne se suicidera pas. », Sénateur William Fulbright

En 1965, je ne connaissais pas l’intérêt du Sénateur pour la suicidologie.
A -il été informé de mon projet de bourse? Who knows…

Merci Mr. le Sénateur Fulbright,

God bless you.

 

Nt: Retrouvez tous les documents inclus dans cet article sur notre site au lien suivant : Documents Pr. Soubrier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.