« J’ai appris que certains verbes comme « tenter, essayer, foncer, oser, accomplir, etc. » pouvaient également se conjuguer à la première personne du singulier »

Fabrice Deva, France
FLTA, 2010
Central College, Pella

Rien ne sera plus jamais pareil ! Cela aurait pu faire un bon titre de livre autobiographique à lire sur une plage en… hiver ! Et c’est pourtant vrai, le cours de ma vie est désormais changé : il y a clairement un avant et un après Fulbright. Parfois je me demande comment les choses auraient pu être sans cette expérience inoubliable. J’aurais été à la traine certainement : j’aurais continué de faire ce chemin à pied alors que parfois être véhiculé ou avoir un billet d’avion, c’est agréable, plus rapide et plus efficace !

                Mon année aux Etats-Unis était multi facettes et m’a permis de faire pléthore de choses jamais faites auparavant. J’ai en quelque sorte rattrapé « le temps perdu ». Comme pour toute expérience enrichissante, une palette de couleurs s’offrait alors à moi. Je n’avais jamais fait d’année à l’étranger, ni même fait de séjour linguistique (et encore moins de week-ends à Londres en Eurostar) : grâce à Fulbright, c’est chose faite et en beaucoup, beaucoup mieux !

Je n’avais jamais réellement vécu d’ambiance de groupe : c’est chose faite et qui plus est sur un campus universitaire. D’ailleurs j’essaie autant que faire se peut de bâtir une amitié durable et véritable après chaque expérience professionnelle ou scolaire et mon année à Central College dans l’Iowa m’a permis de rester en contact avec quatre personnes qui sont maintenant devenues mes amis et d’avoir ponctuellement des nouvelles de quelques autres, un peu à la « we’re not friends but we’re friendly« .

       
Campus de Central College

Fulbright a éveillé ma curiosité et a agrandi mon regard sur le monde. Avant 2010 les Etats-Unis s’arrêtaient à New-York. Je savais qu’il y avait des contrées ici et là mais je ne m’y intéressais guère. Oh combien avais-je tort ! J’étais à cette époque-là un petit mouton perdu avec des œillères et suivant la doxa ! J’ai fait New-York, j’ai profité de l’occasion et c’était bien. Cependant il y a tellement plus d’émotions, d’étincelles dans les yeux, d’histoires, de paysages et de visages ailleurs !

                Je voudrais témoigner ma gratitude et ma reconnaissance envers le prestigieux programme Fulbright qui m’a transformé. Mille mercis et les mots me manquent vraiment ! Et dire que tout cette aventure est née du fruit du hasard…  J’ai foulé le sol de ce pays mythique que tant de personnes rêvent de découvrir et je n’ai de cesse de constater cette chance que j’ai eue ! Qui l’aurait cru ? Pas moi en tout cas !

J’ai apprécié cette double casquette étudiant / assistant de langues. Cela a forcé à laisser ma timidité de côté et bien que je n’ai pas réussi à totalement la vaincre aujourd’hui, j’arrive souvent à la semer ! La balance vous dira le contraire mais je suis plus « léger » maintenant ! Mon année américaine marque le début du « laisser couler, ce n’est pas grave« . Un déclic s’est produit en moi et j’ai appris à relativiser les choses, à laisser ce qui peut être contraignant et à aller de l’avant.

Ma chambre à Central College

Côté étudiants, j’avais même mes chouchous parmi eux, un petit groupe d’élèves adorables et charismatiques et j’espère seulement que les choses se passent bien pour mes « bébés », car ils le méritent. Mes étudiants ayant chacun leur propre personnalité, j’ai appris à adapter mes TD et à m’adapter selon leur comportement. Cela s’avère fort utile dans le monde professionnel et dans les relations humaines en général.

J’ai perfectionné mon anglais : fini les oreilles qui saignent maintenant ! Je côtoyais le American Way of Life et ai pu mieux cerner cette dernière, ces Amériques. N’étant plus spectateur mais en quelque sorte acteur sociologue, cela vaut n’importe quel livre, documentaire TV ou guide touristique ! Et justement je n’étais pas touriste, je vivais là-bas. Par exemple je sais à présent ce que ça fait d’avoir quatre-vingts centimètres de neige devant soi !

Le campus sous la neige

Honte à moi, je ne connaissais pas le programme Fulbright au moment de ma candidature !! J’ignorais tout de son caractère prestigieux et de sa renommée mondiale. C’est petit à petit, à travers – entre autres – une organisation exceptionnelle en France comme aux USA, que je m’en suis rendu compte. Chapeau bas ! Et si après tout cela le doute subsiste encore, il y a cet après-midi du 09 décembre 2010 où Hillary Clinton s’était déplacée en personne pour prononcer un discours rendant hommage au programme Fulbright devant un parterre d’environ 400 Fulbrighters , tous ébahis et venus du monde entier ! No comment.

Hillary Clinton, Fulbright FLTA Mid-Year Conference, Washington D.C.

                Bien entendu tout n’a pas été rose et dans cette aventure je me suis fait un ennemi : le temps ! Les mois semblaient des semaines et un jour en me réveillant, je réalisais que je vivais mes derniers jours ! Comment vous dire… !? De retour en France, il m’a fallu du temps pour m’en remettre et n’étant pas entièrement « guéri », c’est la raison pour laquelle quelques mois plus tard je me suis exilé professionnellement au Canada durant presque deux ans. J’étais à la recherche de ce même frisson, sans pour autant l’égaler.

                Je pense très souvent à cette belle parenthèse américaine ! D’une part le mot de passe de mon adresse mail comporte en partie la ville qui m’a accueilli durant un an, d’autre part mon niveau de français s’est paradoxalement amélioré. En effet, j’ai appris que certains verbes comme « tenter, essayer, foncer, oser, accomplir, etc. » pouvaient également se conjuguer à la première personne du singulier… Merci !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.